Mouthe

Église paroissiale de l’Assomption

En 1077, Simon, comte en Valois, se retire à l’abbaye de Saint-Claude (Jura), puis avec quelques compagnons près de la source du Doubs, où il aurait construit une chapelle; mais la première mention de l’église de Mouthe ne date que de 1120. Cette église a été remaniée plusieurs fois: agrandie vers 1400, restaurée et en partie reconstruite après les incendies de 1479 et 1639.
L’église actuelle a été construite de 1732 à 1742 sur les plans de l’architecte Gazelot. Le plan est simple et classique: un clocher-porche carré couvert par un toit à l’impériale ouvre sur une nef à deux collatéraux et sur un chœur; l’ensemble est couvert par une voûte d’arêtes. Des colonnes séparent la nef et les collatéraux qu’éclairent de grandes baies à vitrail. A l’extérieur des contreforts renforcent l’édifice.
Mais ce sont surtout les différentes pièces de mobilier (du XVIIIème siècle, en bois sculpté peint et doré) qui font l’intérêt de cet édifice: le maître-autel retable dont le tableau représente l’Assomption de la Vierge, les retables latéraux, la chaire à prêcher, les fonds baptismaux, les confessionnaux, les tableaux et les statues.
Texte de Joël Guiraud